41 Rue Borie - 33300 Bordeaux

Dr Grangé

Cabinet de Microgreffe Capillaire à Bordeaux

Foire aux questions sur le greffe de cheveux

Cette FAQ répond aux questions les plus fréquemment posées sur la greffe de cheveux et les causes de la calvitie et de l'alopécie. N'hésitez pas à contacter le Cabinet de Microgreffe Capillaire Micro'Cap à Bordeaux pour plus de renseignements ou pour prendre rendez-vous.

 

Que penser de la "FUE robotisée (Robogreffe)" ?

Il n'existe pas de méthode de prélèvement automatisée. Le prélèvement en Unité Folliculaire ou FUE nécessite dans tous les cas que le praticien extraie les greffons un par un, même avec l'appareil le plus sophistiqué. C'est le cas du système Punch Air Matic° de Medicamat°que présente le bon Dr S.B. sur son site et pompeusement rebaptisé " Robogreffe." Ce matériel est déja dépassé et la FUE la plus efficace se fait sans aspiration aujourd'hui.

Quelle est alors la FUE la plus efficace ?

La meilleure FUE aujourd'hui se pratique avec un appareillage simple punch rotatif inférieur à 1mm donc 0,7 ou 0,8 voire 0,9. Cela ne laisse aucune trace visible. En revanche un trop grand nombre de prélèvement sur une surface de couronne restreinte finit par laisser des "blancs" si les impacts sont trop rapprochés. Le nombre de greffons prélevés dans une séance dépend de la dextérité du praticien et de son équipe. Il existe actuellement une surenchère qui fait que certaines équipes, à l’étranger surtout, annoncent des 1500, 2000 voire 3000...

A notre avis ces pratiques extrêmes, si elles attirent le chaland, ne tiennent pas assez compte de l'impact sur la couronne. Pour notre part, aujourd’hui, nous choisissons de nous limiter à des séances de 1000 greffons FUE et de les espacer de quelques semaines au moins pour voir la repousse dans la zone prélevée. C'est la voix de la sagesse.

Quelles sont aujourd'hui les techniques de greffe de cheveux ?

L'implantation capillaire de cheveux naturels est toujours une auto-greffe ou auto-transplantation. Les cheveux étant prélevés sur le patient lui-même dans la partie postérieure ou couronne.

La réimplantation des cheveux se pratique partout et depuis longtemps en petits greffons de 1 à 3 cheveux voire 4 à 5 dans un site punctiforme pratiqué selon le cas avec une lame très fine ou une aiguille. D'ou le nom de micro-implants. Les cheveux repoussent ainsi sans cicatrice avec un effet parfaitement naturel.

Le prélèvement, en revanche, peut se faire de 2 façons:                

  • Découpe dans la couronne d'une bandelette de cuir chevelu horizontale. Méthode de loin la plus utilisée car  la plus efficace laissant une cicatrice plus ou moins fine mais toujours cachée dans le cuir chevelu.
  • Prélèvement de petits greffons de 1 à 3 cheveux au punch de diamètre inférieur à 1mm appelé FUE (Extraction par Unité Folliculaire). A noter que l'utilisation de punchs plus gros de 2 mm, pratiquée par quelques équipes, ne peut porter le nom de FUE car elle laisse des traces rondes trop importantes dans la couronne.

Quelle est la meilleure méthode ?

Il n'y a pas de "meilleure méthode". La seule méthode totalement sans cicatrice est donc la FUE au 1mm ou moins. C'est une méthode très difficile à réaliser correctement et peu productive réservée en principe au traitement de perte de cheveux modérées.

Pour sa part le Cabinet d'Implantation Capillaire propose des séances de FUE avec garantie de 1000 greffons maxi (soit 1800 à 2200 cheveux) en plus de la méthode classique de la bandelette qui reste plus productive (2000 à 4000 chx).

Jusqu'à quel diamètre de prélèvement peut-on parler de FUE ?

Jusqu'à 1mm au maximum. Au-delà, le prélèvement laisse des traces sur la nuque et hypothèque les chances d'une deuxième séance.

Nous conseillons donc à tous les candidats à une greffe par FUE d'exiger ce diamètre au maximum sous peine d'hypothèquer définitivement le traitement ultérieur de leur calvitie. En effet, beaucoup de praticiens en France prélèvent la couronne au punch de plus de 1mm de diamètre (ce qui ne doit pas être appelé FUE...).

Les cheveux implantés le sont-ils durablement ?

Oui, dans le temps tout cheveu correctement transplanté garde la même vigueur qu'il avait dans la couronne. Il est solide et peut être coiffé et traité comme tous les autres.

Obtient-on dans tous les cas une densité naturelle ?

La densité obtenue est le point délicat de toute technique en raison du très grand nombre de cheveux nécessaire pour atteindre la densité naturelle. Mais dans la très grande majorité des cas le résultat est visible et souvent il est spectaculaire.

Une greffe coûte-t-elle cher ?

Oui, le coût d'une séance de transplants est en France d'environ  5 euros/greffon dans la plupart des cliniques esthétiques. Soit 3500 à 4000€ pour une grosse séance. La technique de la bandelette garantissant 2 à 3 fois plus de cheveux à nombre égal de greffons.

En structure plus petite spécialisée comme notre Cabinet d'Implantation, comptez 4€/greffon au maximum. Le prix peut être adapté à chaque cas et fait l'objet d'un devis.

Une consultation préalable est-elle obligatoire ?

Absolument. L'entretien préalable pour notre part à lieu à Bordeaux. Il n'est pas payant mais reste obligatoire. Comptez 45 minutes au moins sur RDV.

Qu'est-ce que l'alopécie ?

En dermatologie, l'alopécie désigne l'accélération de la chute des cheveux et/ou des poils. Le terme vient du grec alopex (renard) à cause de la chute annuelle, au début du printemps, des poils d'hiver de cet animal.

On distingue cinq types d'alopécies :

  • L'alopécie androgénétique héréditaire est la plus fréquente : elle se manifeste par une diminution du volume des cheveux, voire une calvitie, et touche 70% des hommes (20% des hommes entre 20 et 30 ans1) ;
  • L'alopécie aiguë : elle peut être liée à un traitement par chimiothérapie, un stress, des carences alimentaires importantes, une carence en fer, des troubles hormonaux, une irradiation aiguë ;
  • L'alopécie localisée : elle peut être provoquée par des problèmes de peau (tumeur, brûlure, pelade), une radiothérapie ou des parasites (teigne, lichen) ;
  • L'alopécie congénitale ;
  • L'alopécie Areata qui semble être d'origine auto-immune (mécanisme de médiation cellulaire) qui se caractérise par une atteinte en ""patch"" plus ou moins gros et à un ou plusieurs endroits. Cette forme de pelade peut atteindre toute la tête et on parle d'alopécie Totalis et parfois l'ensemble du corps c'est l'alopécie Universalis et dans ce cas il n'y a plus aucun poil ni cheveu sur l'ensemble du corps.

Compte tenu qu'une personne possède en moyenne 100 000 cheveux, il est normal qu'elle perde environ 50 à 100 cheveux par jour, avec des pointes pouvant grimper jusqu'à 175 durant les changements de saison. En effet, c'est durant cette phase que les cheveux se renouvellent le plus. Une chute de cheveux est considérée comme anormale lorsqu'une personne perd plus de 100 cheveux par jour pendant une assez longue période pouvant aller jusqu'à deux mois. Le diagnostic de cette chute nécessite une consultation et parfois un examen appelé trichogramme (on prend quelques cheveux dans différentes zones du cuir chevelu et on les observe au microscope). Parfois, un bilan hormonal est nécessaire chez la femme. Le résultat de ces examens oriente vers l'un des problèmes suivants.

  • Causes nutritionnelles

En dehors des causes hormonales, la chute des cheveux peut être causée par des carences en fer, cuivre, zinc, silicium, vitamines B. Cette sorte de perte de cheveux atteindrait environ 20% des personnes pratiquant un régime modéré à sévère. Cependant, elle est plus souvent associée à des problèmes de boulimie ou d'anorexie. Le plus souvent, la personne va retrouver ses cheveux au bout d'une période de temps qui peut aller jusqu'à 2 ans.

Pelade

La pelade est une maladie entraînant la perte des cheveux et/ou des poils. La cause de cette maladie reste inconnue aujourd'hui mais les scientifiques sont très en faveur d'un mécanisme auto- immune qui conduit à une attaque du système pileux par une catégorie de globules blancs.

Il existe principalement trois formes de pelade : alopécie areata (atteinte localisée par plaques), alopécie totalis (atteinte localisée à la tête), alopécie universalis (atteinte généralisée à l'ensemble du corps).

  • L'alopécie androgénétique ou calvitie chez l'homme

L'alopécie androgénétique est une perte graduelle des cheveux due à l'influence des hormones mâles. Elle se manifeste généralement entre 40 et 50 ans, chez 70% des hommes en moyenne, mais, dans certains cas, elle peut apparaître dès 18 ans. L'hormone qui cause cette perte de cheveux est la dihydrotestostèrone (ou DHT). Cette perte de cheveux commence généralement au niveau des golfes (le devant de la tête) et du vertex (l'arrière de la tête). Elle se caractérise par un affinement des cheveux et une chute qui peut être brusque chez certains individus et plus lente pour d'autres. L'échelle d'Hamilton, modifiée par Norwood, permet de graduer la calvitie entre 1 et 7 où 1 correspond à l'absence de calvitie et 7 à l'alopécie maximale (perte des cheveux totale sur les golfes et le vertex).

  • L'alopécie androgénétique ou calvitie chez la femme

L'alopécie (ou calvitie) chez la femme est secondaire à la chute des cheveux. Il s'agit d'un problème fréquent : près d'un tiers des femmes se plaignent d'une perte excessive de cheveux à un moment ou un autre de leur vie.

Causes

Il existe des causes non spécifiques, communes aux deux sexes. La perte de cheveux peut être, par exemple, secondaire à une cicatrice du cuir chevelu.

Un état de stress ou certaines maladies, peuvent provoquer une perte de cheveux anormale, non compensée par la repousse. On parle alors de telogen effluvium. Ce dernier peut durer jusqu'à 6 mois après l'extinction de la cause déclenchante.

L'alopecia areata est une forme particulière de perte de cheveux, survenant en plaques qui peuvent être confluentes et dont l'origine est inconnue. Sa fréquence est rare.

Un déficit en fer, tel qu'il peut se voir en cas de règles abondantes, pourrait également être responsable d'une perte de cheveux. Elle peut se voir également dans certains comportements (trichotillomanie).

En fait, on distingue les alopécies diffuses et les alopécies circonscrites. Celles qui font le plus souvent l’objet de consultations chez le dermatologue sont les alopécies diffuses. On perd de façon physiologique 80 cheveux par jour avec 2 pics en automne et printemps. A cette notion topographique on distingue, en termes de temps, 2 types d'alopécies : les aiguës ou « effluvium télogéne aigue » (moins de 3 mois) avec un facteur déclenchant (comme un accouchement, stress, forte fièvre, amaigrissement brutal, etc.), tout revenant à la normale en quelques mois (on recherchera cependant un problème thyroïdien ou une carence en fer) et les alopécies chroniques, durant plus de 6 mois. Parmi ces dernières, on différencie celles à topographie diffuse non androgéniques, les causes principales à rechercher étant les carences en fer, les dysthyroïdies, les causes nutritionnelles, l'effluvium télogène chronique... et les alopécies à topographie androgénique, avec un respect d'une bande frontale antérieure et richesse de la zone occipitale mais atteinte du vertex.

  • Alopécie androgénétique chez la femme avant la ménopause

L'alopécie androgénétique correspond à une chute progressive et définitive des cheveux. Sa cause en est, en partie, héréditaire4. Le rôle des androgènes n'est cependant pas clairement établi, le dosage de ces derniers étant fréquemment normal1, même si la présence d'une hyperandrogénie est associée avec une alopécie. L'alopécie est définitive.

  • L'alopécie après la ménopause

Il s'agit de la plus fréquente cause de la calvitie chez la femme. Elle survient plus souvent, comme son nom l'indique, après la ménopause, car le rôle protecteur des hormones féminines a disparu. Le cheveu devient donc plus fragile, sa durée de vie diminue et une alopécie définitive finit par apparaître.

Description

Chez la femme, la chute des cheveux est plus diffuse et étendue que chez l'homme. Ainsi, la femme ne présente pas de plaques chauves, elle constate plutôt une raréfaction globale de ses cheveux. Ce processus conduit rarement à une alopécie complète. Les cheveux sur les côtés sont épargnés. Typiquement, il existe un élargissement progressif de la raie médiane qui peut être classé en différents stades (classification de Ludwig).

Évaluation

La topographie de la perte des cheveux permet d'orienter le diagnostic. Le mécanisme peut en être également deviné (cassure cher une trichotillomaniaque, aspect cicatriciel ou non de la peau sous-jacente...). On peut également évaluer la résistance par un test de traction.

Un dosage du fer sérique et de la ferritine est fait systématiquement à la recherche d'une carence, dite martiale. Des dosages hormonaux visant à prouver une hyperandrogènie (mesure du taux de testostérone sanguine) ne doivent être faits qu'en cas de suspicion reposant sur d'autres éléments (hirsutisme, acné et troubles des règles...) qui peuvent être la cause du Syndrome de Stein-Leventhal par exemple.

 

Traitement de la calvitie androgénétique chez la femme

Le traitement de la calvitie androgénétique chez la femme est l'utilisation de médicaments ou de techniques pour soigner la calvitie androgénétique chez la femme.

La calvitie androgénétique est la cause la plus fréquence de la perte des cheveux chez la femme, mais contrairement à ce que son nom suppose, la responsabilité des androgènes n'est pas clairement établie.

Le minoxidil est le seul traitement préconisé pour stimuler la croissance des cheveux chez les femmes atteintes d'alopécie androgénique. Il existe une efficacité démontrée mais restant modérée et nécessite un traitement par application d'une lotion contenant la molécule sur plusieurs mois deux fois par jour. L'augmentation de la concentration en minoxidil de la notion n'entraîne pas de résultat supérieur.

L'hypertrichose, c'est-à-dire la croissance d'une pilosité à un endroit non désiré, est un effet indésirable plus fréquent chez la femme que chez l'homme. Le produit peut comporter également un risque d'allergie.

Anti-androgènes

Les anti-androgènes sont un traitement hormonal qui est utile au tout début de l'alopécie pour en retarder les effets mais elle ne l'empêchera pas à terme. Ils n'ont cependant pas d'autorisation d'utisation dans cette indication aux Etats-Unis1. Ils comportent de nombreux effets secondaires avec un risque tératogène (malformation d'un fœtus).

Implantation de cheveux

Elle consiste à prélever des cheveux (avec leur racine) dans des zones préservées (occipitale et pariétales : en arrière et sur les côtés en cas de calvitie androgénétique) et de les réimplanter au niveau des zones dégarnies. Il s'agit d'une technique efficace mais coûteuse. Il faut savoir que la demande dans l'alopécie androgénique de la femme concerne essentiellement la zone fronto-patiétale. L'amélioration après une greffe se verra qu' au bout de 1 an. Il existe quelques fois une chute réactionnelle transitoire des cheveux sains environnants amenant la patiente à se questionner sur le bien fondé de la greffe de cheveux et qui apparait au bout de 2 mois. Mais dans l'ensemble, la greffe de cheveux chez une femme améliore tant l'aspect cosmétique que l'aspect psychologique. Cette greffe débloque une situation figée depuis des années et apporte une grande satisfaction chez les patientes qui pourraient en bénéficier. Attention, la greffe de cheveux ne s'adresse que dans les cas d'alopecie chronique après des années d'évolution sans amélioration malgré un traitement médical antérieur bien conduit.

Top